Colloque « Expérience sensible & sciences humaines et sociales »

Du 13 mars 2024 au 14 mars 2024

Le Rize - 23 rue Valentin Hauy 69100 Villeurbanne

Le colloque « Expérience sensible & sciences humaines et sociales » est organisé par le studio Expériences sensibles & Recherches urbaines. Il se déroulera les 13 et 14 mars 2024 au Rize à Villeurbanne.

Retrouvez le programme complet en PDF en cliquant ici

Cet événement proposera d’interroger la nature de l’expérience sensible, la manière dont elle peut être mobilisée au sein de la recherche en sciences humaines et sociales, et la façon dont les arts sont à même de la restituer afin de provoquer une réflexion sur le monde. 
« L’expérience sensible » échappe à une définition facile, puisqu’elle ne se résume nullement à l’addition des impressions que procurent la vue, l’ouïe, l’odorat, le goût ou encore le toucher : elle s’impose pour ainsi dire au sujet percevant avant toute forme d’analyse de la situation… et résiste ensuite à tout effort de transcription verbale. Récusant une approche dualiste, l’expérience sensible est vécue sur le mode d’un échange entre monde extérieur et monde intérieur ‒ entre lesquels une porosité s’instaure au point qu’une frontière peut malaisément être établie. L’histoire et la culture de chacun viennent également infléchir la nature de son approche sensible des situations. Ce qui relève de l’émotion et des sensations ne saurait par ailleurs être disjoint de ce qui touche à l’intellect : la dimension cognitive de l’expérience sensible a été longtemps sous-estimée, alors que cette dernière travaille en profondeur la compréhension du monde de chacun.
 
Depuis le début des années 2000, les questions relatives à l’expérience sensible occupent une place croissante au sein des recherches en sciences humaines et sociales, notamment dans le champ de l’architecture, de l’urbanisme et du paysage. Cette préoccupation se développe parallèlement à la prise de conscience d’une crise tout à la fois sociétale, environnementale et politique qui pousse à un renouvellement des modes antérieurs d’investigation. Si la part de l’expérience sensible a été longtemps sous-évaluée, force est de constater qu’elle n’est nullement l’apanage des humains, mais concerne tous les vivants.
 
Penser en sciences humaines et sociales à partir de l’expérience sensible suppose le développement d’une interdisciplinarité radicale entre sciences de la vie et de la terre, sciences humaines et sociales et pratiques artistiques. Nombreux sont aujourd’hui les chercheurs qui œuvrent en ce sens, qu’ils étudient ces questions de manière théorique, qu’ils travaillent à un renouvellement méthodologique de leur discipline ou qu’ils s’inscrivent dans des démarches de création, en exploitant une diversité de médiums.
 
Ce colloque pluridisciplinaire ambitionne de questionner la place réservée à l’expérience sensible au sein des sciences humaines et sociales, les procédures employées par les chercheurs de ces disciplines pour la restituer ou pour l’analyser, ainsi que l’apport à la recherche qui peut être celui des artistes.