VELOVGR - Vélover la ville : vélov’ au prisme du genre et de l’interdisciplinarité (2013)

Velov sur le murs de canuts oct 2013

DESCRIPTIF SCIENTIFIQUE :

VéloV du point de vue de l’usager et des pratiques de la ville

Les systèmes de location instantanée de vélos en libre-service (VLS) urbain se développent très rapidement à l’échelle internationale et ont donné lieu à de nombreuses études à visée technique marquée (optimisation/fiabilité du système). À rebours d’une seule focalisation technique, et à partir de l’exemple lyonnais, VélovGR s’appuie sur 3 approches disciplinaires:

  • sociologie,
  • informatique/fouille de données
  • géographie/géomatique.

VélovGR retient une perspective d’analyse centrée sur les usagers et leurs pratiques (en explorant plus spécifiquement la dimension genrée des pratiques) et attentive à l’interdisciplinarité pratiquée comme à la place des connaissances scientifiques dans la cité.

 

Deux objectifs de connaissance :

VélovGR : G pour Genre des usagers et des usages et R pour Recherche interdisciplinaire & Redevabilité

G pour Genre des usagers et des usages
Le premier objectif vise la production de connaissance sur la pratique urbaine du VLS et ses usagers. Il s’agit de donner une figure et une épaisseur sociale à l’« usager » ; d’analyser la diversité des usages effectifs et les modalités de l’appropriation sociale de ce transport public individuel comme celles spatiale et temporelle de la ville. Comment hommes et femmes se saisissent-ils des VLS ? Comment s’en servent-ils  ? Avec quels effets en retour sur leurs pratiques et perceptions de la ville, des transports et du service public ? Quelles sont, croisées avec le genre, les différenciations selon l’âge, les milieux sociaux, les espaces de résidence ou de travail ?

R pour Recherche & Redevabilité/accountability
L’interdisciplinarité, effectivement pratiquée et réflexivement travaillée, constitue le second objectif de ce projet. L’équipe de recherche mobilise des cadres disciplinaires distincts avec des objectifs de connaissance partagés et des corpus communs.
Ce dispositif partagé - ce n’est pas si fréquent, a conduit à mettre en œuvre une inter-disciplinarité à chaque étape de la recherche : problématique/choix de catégorisation et modalités d’induction, langages de description, analyse et modalités de restitution des résultats de recherche. Nous tâcherons de faire de cette pratique commune« sous contrainte » une ligne de réflexion méthodologique, effectivement travaillée pour elle-même.
Plus largement, il s’agira de questionner les savoirs/représentations ordinaires, professionnelles et savantes que Vélo’V comme équipement public urbain occasionne. La « co-production » est ici entendue au sens large : usagers, gestionnaires, administrations publiques et monde académique. La question sera ainsi d’interroger l’articulation des différents savoirs sociaux (usagers et non usagers compris) au cours de l’élaboration de connaissances mobilisées dans l’espace public.

 

Trois disciplines pour un dispositif de recherche partagé :

Informatique/fouilles de données, sociologie et géomatique
Le dispositif de recherche combine analyses quantitatives et qualitatives. Il mobilise un corpus remarquable : les données de mouvements Vélo’V sur une année (2011) - soit l’ensemble des déplacements Vélo’V (spatialement et chronologiquement indexés et renseignés selon les caractéristiques de sexe et classe d’âge des usagers). L’exploitation pluridisciplinaire de ce corpus devrait permettre une description fine et fiable des variations d’ensemble des usages/sexe.

L’analyse quantitative des mouvements est complétée par une exploration approfondie - par entretiens, des logiques d’usages et catégories d’usager-es ensuite. En se focalisant sur l’articulation des déplacements (Vélo’V) aux modes d’organisation quotidienne pour des catégories différenciées (de sexe et d’âge), le présent projet s’attachera également à mieux cerner les stratégies spatiales et appréciations genrées de l’espace de la ville.

 

Poster :

POSTERS-IMU-VELOV