POLLUX - Pollution lumineuse nocturne : quelle étendue ? Quels effets sur la biodiversité ? Quelles mesures législatives mettre en place ? (2017)

Résumé du projet

La lumière artificielle nocturne (ALAN) est essentiellement émise par les zones urbaines et les infrastructures routières. Ce phénomène ne cesse de s’accroitre et a des conséquences biologiques importantes. En effet, les périodes de nuit régulent la synthèse de mélatonine, hormone-clé qui synchronise une multitude de processus physiologiques (métabolisme, croissance, stress, immunité chez la grande majorité des animaux). Bien que des effets sur les populations naturelles soient attendus, les approches conduites jusqu’à présents sont difficilement transposables in natura car elles ne prennent pas en compte les intensités lumineuses réellement subies par les organismes en conditions naturelles.

Le projet proposé a pour objectif de produire une cartographie dynamique d’ALAN sur un territoire d’étude situé au Nord-Est de Lyon en mesurant la contribution relative du halo lumineux des zones urbaines et l’éclairage direct des infrastructures routières et de déterminer les effets biologiques d’ALAN sur des amphibiens communs sur ce territoire. Les résultats ainsi générés permettront de modéliser précisément à l’échelle locale les risques d’exposition à ALAN pour la biodiversité. À partir de la cartographie d’ALAN, nous chercherons à mesurer l’application de la règlementation relative aux nuisances lumineuses au niveau local et les obstacles existants à sa mise en œuvre, puis nous analyserons si les exigences de la réglementation en vigueur sont adaptées aux enjeux de la ville de demain ou si elles pourraient être améliorées. Des exemples innovants de mesures volontaires de réduction de la pollution lumineuse ou de réglementations étrangères seront pris en compte pour ce faire et testés in situ grâce à la collaboration avec un praticien (communauté de communes de la plaine de l’Ain, projet ACMUTEP) qui permettra de réaliser des tests grandeur nature. Un travail prospectif sera réalisé pour établir comment le droit de l’environnement doit évoluer pour accompagner les villes intelligentes de demain en matière de gestion de l’éclairage nocturne.