CANOPY - Exploration de la capacité et des expériences de réutilisation des toits urbains de Lyon (2017)

Potager sur toit de l’Immeuble Groupama ©Marmite Urbaine

Résumé du projet

CANOPY associe praticiens (Agence d’urbanisme de Lyon, les associations Marmite urbaine et GROOF) et chercheurs d’horizons disciplinaires pluriels (géographie, STIC, urbanisme, droit, architecture et sociologie) pour 1/ explorer la capacité des toits de Lyon à accueillir des activités urbaines et 2/ évaluer des expériences plus spécifiques d’agriculture urbaine. Dans le contexte de durabilité traduit par la recherche d’une compacité urbaine, et d’une ré-urbanisation marquée depuis le début des années 2000, les toits urbains, une des composantes bâties de la canopée urbaine, pourraient fournir une réserve « foncière » susceptible d’accommoder des besoins en termes d’espace de vie, de récréation et de production, en particulier agricoles. Le projet CANOPY a été pensé comme une recherche prospective sur des futurs urbains, d’abord en développant une réflexion pluridisciplinaire sur la question plus globale de l’aménagement de canopée urbaine (workshops), sur une analyse des modalités de réutilisation des toits, focalisant sur les seules activités d’agriculture urbaine (post doc 1) et, enfin, sur l’élaboration de méthodes d’évaluation de la capacité disponible sur les toits (post doc 2), que ce soit pour l’agriculture ou d’autres usages, récréatifs ou fonctionnels (espaces de déambulation ou de passage…).

DESCRIPTIF SCIENTIFIQUE

Objectifs :

CANOPY qui associe l’Agence d’Urbanisme de Lyon, l’association Marmite Urbaine à des chercheurs issus de différentes disciplines (géographie, informatique, urbanisation, architecture, droit et sociologie) a pour objet d’étudier la capacité et le potentiel d’usage des toits urbains en portant l’attention plus spécifiquement sur l’agriculture urbaine. CANOPY a été pensé comme une recherche prospective sur des futurs urbains, en développant une réflexion pluridisciplinaire sur :

  • la question de l’aménagement de la portion bâtie de la canopée urbaine : les toits,
  • l’élaboration de méthodes d’évaluation des capacités théoriques et utiles sur les toits ainsi que leurs caractéristiques (statut, accès, ensoleillement, ombres, vue, …)
  • et enfin, les enjeux et modalités socio-techniques de la réutilisation des toits par l’agriculture urbaine, en prenant pour cas d’étude l’expérience de l’association Marmite Urbaine.

Toits de Bologne ©M. Appert, 2015

Méthodologie utilisée :

CANOPY est constitué de quatre modules de recherche :

  • Une évaluation qualitative de l’expérience de Marmite Urbaine à travers enquêtes et entretiens auprès des membres de l’association, de leurs partenaires et de la métropole de Lyon
  • Une évaluation quantitative et qualitative des expériences de réutilisation des toits pour l’agriculture urbaine en France, au Royaume-Uni, Canada et Etats-Unis
  • Une évaluation quantitative des capacités des toits urbains de Lyon à partir de la modélisation 3D de la Métropole de Lyon et du développement d’un SIG. Elles sont ensuite plus précisément affinées par types de bâtiments, utilisations, hauteurs, par la proximité d’éléments stratégiques ponctuels ou linéaires de la ville et de son environnement, des servitudes et d’autres contraintes règlementaires.
  • Une réflexion transversale via des workshops sur la notion de canopée urbaine.

Metropol Parasol, Séville ©M. Appert, 2017

Résultats attendus :

CANOPY contribuera à approfondir la connaissance sur les enjeux associés à la canopée urbaine, ressource foncière peu utilisée alors même que les politiques publiques visent la compacité urbaine et la densification. Parmi les apports théoriques et méthodologiques, citons :

  1. La proposition notionnelle de canopée, terme emprunté à la climatologie, pour la formalisation de l’espace des toits urbains et de leur aménagement ;
  2. Un diagnostic quantitatif et qualitatif des capacités des toits urbains de Lyon ainsi qu’une évaluation de leur réutilisation en fonction de différents scénarios ;
  3. Un bilan des contraintes et opportunités règlementaires, politiques et économiques de réutilisation des toits pour l’agriculture urbaine en particulier en France. Il s’agit ici d’identifier les conditions « terreau » dans lesquelles peut se développer des initiatives d’agriculture sur toit ;
  4. Interroger la capacité de la promotion immobilière et des acteurs publics à incorporer des activités agricoles sur toit dans les nouveaux programmes immobiliers, entre compacité et renaturation désirées et risques associés à l’agriculture urbaine sur toit.