ARMATURE - Dynamiques spatiales, temporelles et écologiques de l'armature verte de la métropole de Lyon (2014)

armatureFig2

CONSULTER LA PLATE-FORME WEB DÉDIÉE

 

DESCRIPTIF SCIENTIFIQUE :

Objectifs :

Il s’agit d’étudier la dynamique de la végétation dans l’espace lyonnais sur 6 décennies, à trois échelles : celle du territoire urbain aggloméré, à laquelle la recherche sera systématique et où la question principale est celle du changement d’occupation du sol : places respectives de l’agriculture selon ses modalités (labours, prairies, vignes, vergers et maraîchage), espaces boisés et haies, jardins, rives des cours d’eau, etc.) ; celle de la ville constituée, pour laquelle l’accent sera mis sur les espaces de jardin et de boisement, les continuités et contiguïtés, les espaces publics principaux ; celle du traitement particulier des espaces publics et de leur évolution, par échantillonnage : place donnée au minéral, à l’herbe, aux massifs floraux, aux arbres isolés et aux éventuels boisements localisés.

L’objectif ultime de ce projet est, outre la connaissance constituée, le développement de méthodologies d’évaluation des armatures vertes applicables à toutes les aires urbaines.

Ce développement passe par une étude de cas détaillée, l’armature verte du Grand Lyon, où seront décrites et mises en relation les trois propriétés d’une armature verte en rapport avec la biodiversité :

  1. Structuration spatiale
  2. Flux et mouvements
  3. Dynamiques temporelles

Méthodologie utilisée :

Il s’agit, outre de cartographier les étendues concernées, de s’attacher aussi à caractériser les espèces et les formes végétales occupant ces espaces et l’évolution de ce point de vue. Enfin, pour la période la plus récente, les pratiques seront un aspect considéré comme déterminant, en particulier, pour ce qui est des espaces publics et privés, l’utilisation des engrais et pesticides.

A toutes ces échelles, les enquêtes disponibles sur la biodiversité seront mobilisées et utilisées autant que possible comme référentiels.

Principales données :

  • Couches SIG du Grand-Lyon pour les périodes récentes. Service de la voirie pour les arbres d’alignement et des services des espaces verts des communes pour les pratiques.
  • Photographies aériennes et cartes IGN (1945 à nos jours).
  • Couches SIG par Nicolas Ferrand sur le développement de l’urbanisation dans le Grand Lyon depuis 1945 (thèse 2010). Ces données sont un élément majeur de connaissance déjà constituée au regard du sujet de la thèse.
  • Enquête auprès des particuliers pour les méthodes de gestion des espaces privés, mais aussi analyse de la structure de la végétation des jardins grâce à la photointerprétation d’un échantillon représentatif.

Résultats attendus :

Cette géographie évolutive sera utilisée pour évaluer l’armature verte urbaine du point de vue de l’écologie du paysage : il s’agira de dégager les continuités écologiques attendues d’une trame verte au sens du Grenelle de l’Environnement, c'est-à-dire spatiales et fonctionnelles, mais aussi temporelles.

En interaction forte avec les partenaires de ce projet, et en tenant compte des questions émergeant d’une connaissance améliorée de la dynamique spatiale de la végétation mise en regard de l’inventaire de la biodiversité, ces continuités écologiques feront l’objet de quelques tests sur les flux d’individus et de gènes des espèces animales qui occupent les espaces végétalisés urbains.

Cette dernière partie fera l’objet d’une modélisation informatique et mathématique pouvant aider à la décision et à la définition des politiques et pratiques d’aujourd’hui.

Le premier résultat attendu est la cartographie détaillée de la transformation de la couverture végétale du Grand-Lyon sur la durée 1950-2004.

 

RAPPORT INTERMÉDIAIRE

 

Poster :

ARMATURE