AAP 2018

ARMATURE 2 – L’armature verte de la Métropole de Lyon : visualisation, évolution et connectivité d’un paysage urbanisé (2018)

Résumé du projet

Le projet ARMATURE 2 est une suite et un élargissement du projet IMU ARMATURE, pour lequel une thèse a été financée de 2015 à 2017 (Arnaud Bellec, soutenance prévue été 2018). Ce projet a été valorisé par des communications et publications scientifiques, mais aussi par la mise en place d’une plateforme web, webarmature.fr, qui permet de visualiser à la fois les données utilisées (de 1950 à 2015, photographies aériennes et satellitaires, cartes IGN) et les résultats des analyses effectuées (ex. cartes d’imperméabilisation interactives, cartes d’occupation du sol à 1 m pour 1984-2015). La plateforme est devenue un outil pour de nombreux partenaires (Métropole de Lyon, Ville de Lyon) lorsqu’il s’agit de comparer les états successifs de paysages ou de parcellaires.
Le présent projet ARMATURE 2 vise à développer les travaux engagés, d’y faire participer de nouveaux partenaires praticiens et de mieux les valoriser. En premier, il faut achever la cartographie de l’évolution de la végétation dans le Grand-Lyon pour la période 1950-1980, ce qui nécessite le développement d’une méthode appropriée aux photographies aériennes en noir et blanc, à développer en collaboration entre EVS et le LIRIS, grâce à Laure Tougne. Deux thèmes de recherche nouveaux utilisant les données d’occupation des sols produites seront développés :

1) la détection et la datation automatique des haies périurbaines avec l’association Arthropologia, qui travaille aujourd’hui avec le la Métropole de Lyon, elle aussi partenaire du présent projet, pour améliorer le réseau de haies agricoles,
2) la connectivité fonctionnelle des espaces végétalisés à l’échelle de la maille d’un mètre par Marc Bourgeois, EVS, portant sur les espèces patrimoniales (partenaire : Métropole de Lyon) mais aussi sur les espèces invasives (partenaire : Ville de Lyon).
En parallèle, le site internet webarmature.fr devra intégrer tous ces éléments avec ceux qui ont déjà été développés dans le cadre de la thèse en cours d’achèvement. Il se devra aussi se muer en une plateforme destinée à recueillir les données d’autres projets portant sur le même territoire (projets IMU comme HIREAU ou EPOC, données de datation B. Gauthiez).