Parcours RECYCLAGES

Recycler les héritages urbains : patrimoines, environnements, mémoires

Université(s) et établissement(s) porteurs : Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon et Université Jean Monnet

 

CONSULTER LES COURS DU PARCOURS

________________________________________________________________________________________________________________________

La transformation des villes impose, de plus en plus, de substituer au palimpseste et à la destruction de l’existant, des politiques et des pratiques de rénovation et de construction qui ne se contentent plus de préserver tel ou tel édifice ou quartier remarquable, mais prennent en considération leurs singularités paysagères et culturelles plus globales héritées de leur histoire économique, sociale. Il est admis, désormais, que le patrimoine n’est pas un simple héritage qui nous est transmis, mais qu’il est un construit politique et social d’aujourd’hui, qui identifie et recycle des éléments du passé. L’objectif de ce parcours de la mention Ville et environnements urbains est de sensibiliser les futurs professionnels de l’architecture, de l’urbanisme et de l’aménagement urbain à ces enjeux patrimoniaux contemporains, et de les former à leur mise en œuvre dans les projets d’aménagement urbain et de restauration.

A l’échelle du territoire, il s’agit de questionner la place des héritages urbains et architecturaux dans les dynamiques du renouvellement urbain, en intégrant la problématique du développement durable (densification, économie d’énergie et de matériaux, continuité des repères patrimoniaux…) et des formes de patrimonialisation inspirées par les « communautés patrimoniales » promues par l’Unesco, qui mettent en avant les habitants dans les processus d’identification et de préservation. Cette réflexion porte notamment sur les patrimoines contemporains (XIXème et XXème siècles), qui sont au cœur des enjeux actuels de mutabilité et de transformation des villes (friches industrielles, militaires et ferroviaires, grands ensembles…), dans le cadre des projets urbains.

A l’échelle architecturale, l’analyse des formes et de leurs significations, préalable à toute transformation, porte sur la production des concepteurs et des constructeurs, qu’il s’agisse d’une production écrite, dessinée… ou concrètement édifiée. On peut alors considérer l’analyse morphologique et sémiotique comme une méthode générale intervenant dans des investigations relevant d’autres disciplines. Si la question patrimoniale fait l’objet d’un développement privilégié de l’analyse des formes, celle-ci est en mesure de contribuer largement aux problématiques correspondant aux enjeux actuels de la société (mise en mémoire, patrimonialisation, identités locale, régionale, nationale), par la diversité même des objets traités par les recherches sur lesquelles s’appuient les enseignements proposés.

Par le truchement du patrimoine, c’est donc toute la question urbaine qui est posée dans ses dimensions économiques, politiques, sociales, en les associant toutes à une problématique singulière de transmission de valeurs esthétiques, culturelles et idéelles, transmission qui est assurée par la médiation multiforme du bâti, du paysage, du récit, du rituel commémoratif, du numérique, de l’image. Toutes ces dimensions interagissent. Un accent sera plus particulièrement donné aux dimensions politiques de la patrimonialisation qui mobilise des cercles variés de pouvoirs et d’engagement, depuis les habitants qui s’organisent dans la défense ou la promotion d’un bien collectif, jusqu’aux organismes internationaux qui promeuvent le bien commun du patrimoine, en passant par les problématiques des identités régionales ou nationales. On insistera sur la dimension politique du patrimoine en questionnant particulièrement les questions du repli identitaire et des formes de communautarisme (identité nationale, gentrification), et de la marchandisation (formes du tourisme culturel confrontées aux valeurs d’échange et de partage).

Les enseignements proposés visent à construire à la fois l’attitude critique et réflexive nécessaire à cette intervention raisonnée et à donner les outils pour décrire, analyser, évaluer, interpréter et finalement transformer l’existant. Ils ont également pour objectif de comprendre la réception du patrimoine, ses représentations et de permettre d’analyser les discours, théories et doctrines de l’intervention sur l’existant et les programmations associées pour constituer un univers de concepts, de méthodes, de références et de dispositifs de transformation.

 

Consulter le site du parcours recyclages