Parcours Modes de vie

Nouveaux modes de vie et espaces de la ville contemporaine

Université(s) et établissement(s) porteurs : Université Lumière Lyon 2,Université Jean Moulin Lyon 3 et Ecole Normale Supérieure de Lyon

 

CONSULTER LES COURS DU PARCOURS __________________________________________________________________________________________________________

L’objectif de ce parcours est de proposer un cursus de formation pluridisciplinaire dédié à l’étude des mutations des modes de vie et des espaces urbains. Il vise à former des professionnels (y compris des futurs chercheurs) pour les secteurs public, privé et associatif capables d’explorer des sujets, de proposer des études, de penser des observations ou de s’inscrire dans une dynamique de recherche autour des problématiques relatives aux transformations contemporaines des modes de vie et des espaces urbains.

En s’appuyant sur des disciplines complémentaires en sciences sociales (géographie, sociologie, histoire, anthropologie) et en plaçant la géographie et la sociologie en axes structurants, la formation vise à mieux comprendre les mutations des modes de vie urbains (les manières d’habiter, de vivre en ville), les transformations des espaces urbains et de leurs usages (rénovation urbaine, gentrification, privatisation des espaces urbains), les inégalités (accès aux aménités urbaines, ségrégations sociales et spatiales) dans un contexte de densification urbaine, de métropolisation des territoires et d’attentes sociales plus ou moins orientées de plus grande écologisation des modes de vie.

Un des enjeux de ce parcours de formation est de resituer l’évolution des modes de vie urbains à l’articulation des transformations sociales (rapports au travail, temporalités sociales, relations familiales, structures des ménages, vieillissement de la population, révolution numérique, etc.) et des mutations des espaces urbains (soit par les politiques urbaines – transports, logement, rénovation urbaine –, par logiques privées – privatisation des espaces urbains – les logiques individuelles – mobilités, entre soi…). La formation vise également à rendre compte de l’imbrication de ces différents processus : nouvelles manières d’habiter et de cohabiter en ville, nouveaux voisinages, formes d’appropriations, de désappropriations et conflits d’usage, etc.

Analyser ces phénomènes complexes nécessite de multiplier les entrées et les regards, et d’articuler les approches. Une double perspective, thématique et analytique est privilégiée. Elle nécessite de combiner des apprentissages méthodologiques solides et une réflexion analytique et empirique approfondie autour des thématiques centrales des modes de vie : l’habiter, le travail, les usages de l’espace, la mobilité etc.

Les débouchés envisagés concernent aussi bien les secteurs de la recherche, de la transmission des savoirs, que la conduite de projets dans le secteur public ou les structures privées intervenant dans le champ des études urbaines et du consulting (cabinets de conseil, bureaux d’études) ou encore relevant du secteur associatif au sens large (ONG, associations d’insertion par le logement, associations de médiation sociale et urbaine, etc.).

Les compétences visées à l’issue de la formation sont celles communes à la mention Ville et Environnements Urbains (capacité à l’analyse et à la réalisation de diagnostics et recherches pour diverses collectivités, comme capacité à la conduite/animation de projets), avec cependant une affirmation plus marquée des compétences liées à la production de connaissances, à la réflexion sur les savoirs et les méthodes, et à leur diffusion.